Seule la poursuite de l'assistance fera régresser la famine en Somalie

21 nov. 2011

Des citernes à eau servent à approvisoner les populations déplacées dans différentes zones géographiques. (Photo: OCHA/Buhaene)

Nairobi – L'augmentation de l'assistance humanitaire en Somalie a eu un impact significatif dans les parties frappées par la famine, en permettant aux trois régions du sud du pays, Bay, Bakool et le Bas Shabelle, d'en sortir.

Selon les dernières données rassemblées en Somalie du Sud par l’Unité d'analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition  et le Système d'alerte précoce contre la famine, celle-ci persiste malgré tout dans certaines parties de la région du Moyen Shabelle, dans les zones de la capitale Mogadiscio accueillant des personnes déplacées à l'intérieur du pays, et le long du corridor d’Afgooye, au nord-ouest de la ville.

Les taux de malnutrition et de mortalité dans de nombreuses parties de la Somalie du Sud restent les plus élevés du monde.

« Chacune des améliorations ne pourra se maintenir que si le niveau actuel de l'assistance humanitaire continue », explique Mark Bowden, le coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour la Somalie, qui est également le représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement.

« Si les activités humanitaires s'interrompent ou sont réduites en Somalie du Sud, la famine se réinstallera dans de nombreuses régions. Ce n'est que grâce à la générosité des donateurs que nous avons été capables de sauver des dizaines de milliers de vies au cours des trois derniers mois. Il est essentiel que cet appui continue ou le prix à payer se chiffrera en milliers de vies ».

Les Nations Unies et d'autres partenaires travaillent à accroître l'accès à l'alimentation, aux marchés et aux services de santé. À Mogadiscio et dans certains des districts affectés par la famine, le PNUD a œuvré  à construire des puits de surface, creuser des forages et installer des pompes à eau, pour réhabiliter les infrastructures agricoles essentielles et aider à créer des emplois à court terme qui permettent aux ménages d'améliorer leur accès à la nourriture.

La Somalie continue d’être confrontée à la plus grave crise humanitaire du monde, avec plus de la moitié de sa population en besoin urgent d'assistance.

Trois des 4 millions de personnes en crise se trouvent en Somalie du Sud, où l'accès aux populations dans le besoin reste un défi majeur.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Singapour centre de Politiques Globaux
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe